Buvette140722.gif

 

 

Commune de Morey

  • Facebook Social Icon

Venez découvrir la Nature paisible de Bourgogne

Logo MOREY
Moulin de Nuit,morey71510
Chassignolle,morey 71510
petit matin automnal,mores 71510
Entrée du village, morey 71510
morey-Le moulin Jean Charles, morey
Arbre remarquable, morey 71510
Vue vallée de la dheune, morey 71510

     Morey est le point de départ idéal de promenades bucoliques sur les sentiers des collines verdoyantes grimpant en direction de la vallée des Vaux ou descendant sur celle de la Dheune. Divers lieux de la commune permettent ainsi d’admirer de superbes panoramas. Faire le circuit des hameaux, emprunter les petites routes de campagne, s’attarder près des calvaires et des lavoirs, se retrouver dans une nature authentique et préservée, voilà de quoi satisfaire le promeneur le plus exigeant.

      Histoire
      Le territoire de Morey est habité depuis des millénaires (préhistoire) comme en atteste la présence d’une station néolithique au lieudit « la Bresse ». Du reste, la découverte de tuiles antiques est venue démontrer que les Gallo-romains ont assuré sur ces terres une continuité humaine. Un chemin romain sépare les communes de Morey et de Saint-Julien-sur-Dheune. La forme latine du nom de Morey était  « Moreyum ». Avant 1789, le village dépendait du bailliage de Montcenis, du diocèse de Chalon, de l’archiprêtré de Saint-Jean-de-Vaux, et de la baronnie de Couches. Près du hameau de Fangey s’élevait la chapelle de Cernée. À l‘époque de la Révolution, l’église de Morey fut dévastée et lorsque le culte fut rétabli au moment du Concordat (1804), il ne restait plus dans l’édifice que quelques linges et ornements. C’est a cette époque que la paroisse de Châtel-Moron fut annexée à celle de Morey, ce qui porta le nombre de communiants à 450. En 1856, le village comptait 464 habitants, 1052 ha de terre labourables, 163 ha de prés, 49 ha de bois et 13 ha de vignes. À cette époque, le ruisseau de Pontot faisait tourner la roue de quatre moulins. Bordée d’une vaste place, l’église, trapue, est placée sous le vocable de l’Assomption de la Sainte Vierge. Tout autour de l’édifice se trouve le cimetière; dans le mur de clôture, on remarque la présence d’un Christ en croix de pierre.

Le lavoir de la Sainte Catherine était un lieu de pélerinage, en effet, la source qui alimente ce lavoir ne se tarit jamais et des processions s'y déroulaient chaque 15 août. Depuis, les processions n'ont plus cours mais la fête patronale du village est restée au 15 aôut.